À propos de

Qui suis-je ?

Je suis une maman infiltrée…

Je suis à la fois mère d’un adolescent que j’essaie d’accompagner dans sa scolarité, avec autant de sérénité que possible (pas facile…) et professeure d’anglais, ( cliquez ici pour voir mon parcours) confrontée à certaines problématiques inhérentes au système éducatif français.

Alors c’est vrai… j’ai peut-être certains outils qui me permettent de comprendre « le système » pour pouvoir aider mon fils à s’y adapter. Mais, en tant que maman, comme vous, j’ai parfois de grosses bouffées d’angoisse, je doute, je culpabilise, je me pose des questions, bref je stresse …

Mon fils est censé passer son bac en 2022. Comment faire pour l’accompagner à la fois dans son parcours scolaire et son adolescence, sans lui mettre trop la pression ? Comment l’aider à prendre confiance en lui, à croire en son potentiel alors qu’il est en pleine construction de son identité, de ses valeurs ?

Comment concilier ces deux rôles, être à la fois un bon parent d’ado et un bon parent d’élève ?

  •  Essayer de ne pas lui imposer mes croyances, l’encourager à penser par lui-même.

  •  Comprendre son besoin grandissant d’autonomie… qui prend parfois la forme d’une nette opposition.

  •  Tenir bon, ne pas lâcher prise, lui tendre la main quand je sens qu’il en a besoin, même si au départ, il me la refuse.

  • Lui donner plus de responsabilités. Veiller à ce qu’il aie une bonne hygiène de vie, qu’il mange correctement. Qu’il dorme assez.

  •  Négocier quand il s’agit du temps passé sur les écrans ou des sorties.

Tout cela est compliqué, lourd à gérer, et semble être une mission impossible.

Mais c’est ma mission.

Et elle est exaltante!

Car ce n’est pas maintenant que je vais lâcher prise. Même si mon “grand enfant” voudrait parfois que je lui lâche les baskets. Petite anecdote pour illustrer mon propos.  Je me souviens de cette mère d’élève qui m’avait dit un jour, moi, ” Moi, je ne suis plus ma fille, je la laisse libre, à 13 ans elle est capable d’être autonome…” Les résultats de la jeune adolescente étaient en chute libre et elle frisait les conduites à risques.

Si vous êtes sur ce site, c’est justement parce que vous n’êtes pas démissionnaire, que vous, vous êtes une maman ou une maman ou un papa impliqués dans la scolarité de vos enfants. Même si vous n’êtes pas délégués des parents d’élèves, même si vous ne sollicitez pas un rendez-vous avec les professeurs tous les quatre matins… Vous savez que vous avez un rôle à jouer.

Votre mission, votre rôle, c’est d’accompagner votre enfant tout au long du chemin, pour qu’il réussisse sans trop stresser, sans trop de douleurs. Au passage, vous avez aussi peut-être envie de connaître des méthodes pour qu’il se mette au travail ou qu’il se motive !

Mais votre ado n’est plus un enfant, et parfois, nous, parents, ne savons pas trop comment faire pour nous adapter à ce changement. M’adapter, c’est ce que j’essaie de faire,  en glanant à droite à gauche des informations, en lisant beaucoup de livres sur la psychologie de l’adolescent, sur les méthodes d’apprentissage, la pédagogie positive, et même le fonctionnement du cerveau.

Car le cerveau d’un adolescent n’est pas celui d’un adulte. Chaque enfant est différent et on ne peut pas attendre de lui qu’il se conforme à un moule alors que sa maturité cérébrale ne suit pas forcément le même rythme que celle de ses camarades de classe.

Mon intérêt pour le coaching scolaire vient de là, de mon désir d’aider chaque jeune, dans sa différence, à son rythme.

Aider votre “grand enfant” à réussir, non seulement dans l’acquisition de savoirs et connaissances – réussir à mieux apprendre grâce à l’apport de la pédagogie positive et des neurosciences – mais aussi, par une approche bienveillante et encourageante, par des questionnements, des techniques, l’aider à mieux se connaître, à s’épanouir et devenir autonome.

Laissez-moi vous raconter une petite histoire.

J’étais ce que l’on appelle une bonne élève. Quelques difficultés en sciences, mais j’ai toujours su équilibrer avec les autres matières. En troisième, j’avais les félicitations à chaque trimestre. Pourtant, tous les jours, en rentrant de l’école, j’enfouissais ma tête dans mon oreiller, et pleurais. Je trouvais que ma vie n’avait aucun sens, j’angoissais pour mon avenir, et j’avais les idées noires… très noires. Cent fois par jour, je me répétais, comme un mantra : « Je suis nulle. » Pourtant je ne vivais pas dans un environnement difficile, j’avais tout pour être heureuse, comme on dit… Tout ? Non. Je manquais cruellement de confiance en moi. J’étais pétrie de croyances limitantes. J’étais timide, j’ avais peur des autres. Être une bonne élève ne suffisait pas à me rendre heureuse.

C’est à cette époque-là que j’ai découvert une méthode, « Comment réussir ses examens et ses études ». Oui je sais c’est paradoxal, car, sur ce plan-là, je ne me débrouillais pas trop mal. Mais cette méthode avait quelque chose de particulier. C’était une méthode innovante pour l’époque, dans les années 80.

En effet, il ne s’agissait pas simplement de techniques pour avoir de meilleurs résultats. Ce qui m’a attiré dans ces différents volumes, c’est justement la prise en compte de l’étudiant dans sa globalité, corps et esprit.  Un nouveau monde s’ouvrait à moi ! J’ai découvert de formidables techniques !

  • Visualisation,

  • Concentration,

  • Et surtout relaxation (ce qui m’a poussé à acheter un livre sur la sophrologie, à laquelle je me formerai, plus tard ).

Cette méthode était comme un livre de recettes magiques en 3 volumes. On y parlait de la gestion du stress, d’organisation, de motivation, d’autodiscipline !

Bref, on m’enseignait des choses qu’aucune école n’enseignait: des techniques pour être bien dans ma peau et bien dans ma tête!

 À présent, je m’en rends compte : j’étais plongée aux origines du coaching scolaire !

Cette méthode, je l’ai conservée précieusement, et trente ans après, c’est elle qui m’a inspirée pour suivre une formation de coaching scolaire, à m’intéresser à la pédagogie positive et aux neurosciences dans l’éducation…

Voilà pourquoi j’ai créé ce site.

Pour que votre “grand enfant”  bénéficie, comme moi, il y a trente ans, d’une méthode et d’outils efficaces qui l’aideront autant sur le plan scolaire que personnel. Pour qu’il réussisse ses études secondaires et qu’il soit prêt à affronter l’après bac avec confiance. Et pour que vous, parents, puissiez aussi bénéficier d’une méthode éprouvée pour l’accompagner sur le chemin de la réussite et celui, délicat, de l’adolescence…

Parce que c’est notre mission, et qu’elle n’est pas impossible.

Si mon parcours professionnel vous intéresse, c’est par ici.