Résultats en baisse ? Aider votre ado à progresser.

Car oui VOUS pouvez l’aider à progresser et à avoir de meilleurs résultats. 

Passer du rouge au vert.

Et pas seulement parce que vous, vous êtes fortiche en maths, ou en anglais, ou en français…

Comment ? 

  • En faisant  ses devoirs à sa place ?
  • Lui donnant des cours particuliers ?
  • Ou bien en étant derrière son dos et en le forçant à travailler plus ?
  • Ou le privant de sorties, de forfait internet ?
Ma réponse va vous décevoir, toutes ces attitudes, même si elles peuvent donner des résultats, sont contre productives.

Pourquoi ?

Parce que vous le mettez dans un état de motivation externe. Vous ne l’aidez pas à être autonome.
Et surtout…
Vous ne l’aidez pas à travailler sur ses croyances.
C’est un peu comme si vous vouliez mettre un pansement sur une plaie ouverte sans avoir opéré au plus profond. Et le plus profond, c’est déjà sa façon de considérer la matière dans laquelle il a de mauvais résultats.
Ses blocages.
Et aussi VOTRE façon de le considérer par rapport à cette matière.
D où le titre proposé plus haut.

 

Oui ! Votre ado peut avoir de meilleurs résultats grâce à vous !

Si à la lecture de cette phrase vous avez déjà émis un doute, alors vous êtes sur la bonne voie.
Je vais vous expliquer pourquoi.
Vous venez d’être confronté à une de vos croyances concernant votre ado.
Et là c’est le choc, soit vous arrêtez de lire parce que vous pensez que ce que je dis, c’est “n’importe quoi” (vous avez même envie de vous désinscrire dans la minute) , soit vous avez levé un sourcil (signe de réflexion profonde… et d’ouverture d’esprit ) et vous êtes prêt à remettre en question pas mal de choses…
“De toute façon, il a toujours eu des difficultés en…
Il est trop tard maintenant qu’il est au lycée pour progresser en…
 Il est toujours tombé sur de mauvais profs, il n’a pas été gâté. 
 Dans la famille, mon fils est bon en maths et ma fille bonne en anglais, c’est comme ça.”
Prenez une grande inspiration… et observez-vous un instant, avez-vous ce genre de discours ?
Celui qui colle une étiquette (sans le vouloir) à son enfant/ado qui pour ne pas vous « trahir » la respectera jusqu’au bout ?
Car après tout, pense l’inconscient de votre enfant, si maman et les profs disent que je ne suis pas fait pour les maths, l’anglais, etc, c’est que ce doit être vrai, non ?
Si maman dit que je suis plus doué en français qu’en maths, c’est que ça doit être vrai… non ?
Je vous entends me dire : Euh… vous rigolez ? Ses notes sont la preuve de sa faiblesse, on a eu beau tout essayer, cours particuliers, etc, il n’a jamais dépassé le cap du petit 10 de moyenne (ce qui est déjà pas mal, après cela dépend de vos exigences). C’est bien la preuve qu’il n’est pas fait pour les maths, le français, l’anglais (au choix).
À ce stade-là, je pourrais vous raconter un tas d’histoires (vraies), de belles histoires mettant en scène des transformations pouvant apparaître comme de véritables miracles scolaires.

L’histoire VRAIE de Julie  qui au lycée n’avait pas de très bons résultats en anglais, mais qui, avec du travail, de bonnes méthodes, et un état d’esprit gagnant, a quand même obtenu un joli 16 au bac.

Ou bien l’histoire de Léo. Il avait débuté son premier trimestre de seconde avec un 7 de moyenne en maths… une moyenne insuffisante pour son projet d’orientation (médecine), mais a réussi, lui aussi, à inverser la courbe, en mettant en place des stratégies pour avoir de meilleurs résultats.

Évidemment le miracle n’existe pas. Pas de magie dans tout cela. Plus de travail ? Pas forcément. Un travail plus efficace en tous les cas. Un travail qui, au lieu de laisser pourrir les graines dans un terreau pourtant fertile, porte des fruits.
Car, à l’origine, il y a toujours un déclencheur, une prise de conscience, un changement de point de vue.

C’est la ” Yes , me too, I can ! ”  attitude.

En effet, il ne faut pas sous-estimer le pouvoir du mental. (voir chapitre 4  du guide “Réussir sa scolarité, les 10 ingrédients indispensables.” Comment aider votre ado à se mettre en mode réussite .).
Peut-être avez-vous vous-même fait cette expérience, repensez à votre place dans la fratrie. Moi par exemple, il est clair que j’étais la littéraire, et mes frères les matheux… j’ai arrêté de vouloir comprendre les maths assez tôt, je sais aujourd’hui que si je le voulais, si je reprenais tout à zéro, j’y arriverais, car j’ai changé ma façon de voir les choses, et surtout je ne suis plus (ou du moins j’essaie) influencée par des croyances qui ne m’appartiennent pas.
Ceci dit, j’ai bien d’autres choses à faire que de me remettre au maths. À part le produit en croix pour les soldes et quelques opérations… je n’en éprouve pas le besoin. Je n’ai pas de sens à donner à ce nouvel apprentissage, à part celui peut-être du challenge personnel.
En résumé, oui vous avez un rôle à jouer pour aider votre ado à booster ses résultats :
  • Évitez de le ranger dans une case.

  • Essayez de ne pas trop focaliser sur la note de façon négative. Une mauvaise note est un excellent indicateur de ce qui n’a pas été compris et donc doit être travaillé.

  • Encouragez ses efforts plus que son intelligence.

  • Trouvez des solutions pour combler d’éventuelles lacunes dans la matière.

Cet article vous avez plu? N’hésitez pas à le partager !

Envie d’en discuter avec moi ? Contactez moi !  Le premier entretien de 45 minutes est gratuit ! Pour me contacter : c’est ICI.
Marie-Pierre Mas, e-coach scolaire et d’orientation.